top of page
Rechercher

L'art de s'aimer soi-même : un regard psychologique sur l'estime de soi

La première étape est de se dire que vous pouvez y arriver.

Will Smith

Définition

L'origine du concept d'estime de soi remonte à 1890, lorsque William James l'a introduit, soulignant son lien étroit avec la motivation, la performance, la satisfaction au travail, la stabilité émotionnelle, ainsi que la gestion du stress et des conflits. Cependant, l'estime de soi reste complexe, comme le souligne Doré (2017), en raison des diverses perspectives et écoles de pensée qui l'entourent. Dans cet article, nous explorerons principalement les idées de Christophe André, définissant l'estime de soi comme le mélange des regards et des jugements portés sur soi-même.


Les piliers de l'estime de soi

Selon Christophe André (2009), l'estime de soi a des origines variées, influencées par l'environnement social et les expériences de vie. Les relations interpersonnelles, en particulier avec des figures d'attachement, jouent un rôle crucial dans sa construction. Des expériences négatives, des critiques constantes, ou un manque de validation peuvent contribuer à une estime de soi faible. Les événements de vie tels que l'échec, le rejet, ou la confrontation avec des obstacles peuvent également impacter négativement l'estime de soi. Christophe André considère que l'estime de soi est le résultat complexe de l'interaction entre ces facteurs.


Les trois piliers fondamentaux de l'estime de soi, selon Christophe André et François Lelord (2008), sont les suivants :

1. La confiance en soi : Cette capacité d'agir, de progresser, et d'aller de l'avant se manifeste à travers les actions quotidiennes. Elle permet de surmonter les peurs, de lutter contre le sentiment d'infériorité, et de s'affirmer sans craindre le jugement des autres.

2. La vision de soi : La perception de soi-même, tant sur le plan physique que moral, est influencée par les paroles et les actes du quotidien, les gestes d'affection ou de rejet, ainsi que la gestion des émotions. Cette vision est subjective et se construit en fonction des réactions de l'entourage.

3. L'amour de soi : Fondamental, il est essentiellement façonné par l'amour et le soutien apportés par la cellule familiale. Cet amour de soi procure une stabilité affective, favorise des relations saines, et renforce la résilience face aux échecs et aux critiques.




Venez réagir en commentaire :)


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page